❤ [PIZZERIA/BAR] Milano Torino (MiTo) (Strasbourg)

Après avoir suivi de près les commentaires toujours plus nombreux sur Milano Torino, alias MiTo (son p’tit nom 😏), je ne rêvais que d’une chose en rentrant à Strasbourg : tester cette fameuse pizzeria.

La place d’Austerlitz est devenue vachement plus jolie qu’elle ne l’était il y a encore quelques années et s’implanter ici était la première bonne idée de MiTo.
La seconde, c’est d’utiliser des produits excellents pour faire des pizzas de qualité.

Bon, je vous explique. Moi, mon but, dans la vie, il est simple : ce n’est pas d’aller sur la lune ou de devenir une star du show-biz, c’est de trouver la meilleure pizza sur cette terre. (Bon, j’exagère à peine).
Ça se voyait peut-être déjà lors de mon passage à Nice, comme en témoignent cet article ou encore celui-ci.

Or, à Strasbourg, jusque récemment, il fallait bien chercher pour trouver une pizza digne de ce nom. Les gens ne s’accordaient pas sur la meilleure, aucun nom ne ressortait vraiment. Et en voyant tout le raffut autour de Milano Torino, j’me suis dit : « là Valentine, on tient un truc ».

BREF. Venons-en aux faits.
Quand on arrive, je vois l’intérieur et ouais. Je trouve la déco grave belle.

J’ai choisi de goûter la pizza margherita, parce que j’aime aussi les choses simples (ce que mon introduction ne prouve pas du tout).
La pizza arrive et déjà, elle sent bon. Et un bon point.

Après un milliard de photos, je finis (enfin) par goûter.


BOUM. La mozzarella est filante comme j’aime, et elle a du goût. La sauce tomate SENT LA TOMATE, et c’est assez rare pour qu’on le souligne (et la bonne tomate).
La pâte était très bonne, quoiqu’un peu trop humide dans le centre (en gros, valait mieux avoir des couverts. Je préfère quand c’est un peu plus sec mais ce n’était pas trop gênant). Je fais partie de la team qui mange les bords de pizza et là, je n’aurais pas compris que même les plus réticents ne la mangent pas, tellement elle était moelleuse à l’intérieur, légèrement croustillante à l’extérieur

Focus sur la pâââte 😱

Pour information, son prix était de 10€. Pas de quoi crier au scandale quand on a droit à de la qualité !

J’ai goûté un petit bout de la pizza de mon acolyte, la pizza « Gourmet » du moment avec : stracciatella, mozzarella fleur de lait, mortadelle, pistaches et tomates séchées. Elle était également goûteuse et très bonne !

Quant au cocktail de mon acolyte, un Bellini Spritz, il était rafraîchissant et équilibré. ☺️

Sans grande surprise, MiTo est donc passée dans mon top des meilleures pizzerias de Strasbourg. Il m’en reste encore un paquet à tester, mais à mon avis, Milano Torino a de grandes chances de rester dans le peloton de tête… 😉

Qu’est-ce que vous me recommanderiez comme pizzas à goûter ABSOLUMENT à Strasbourg ? Et dans le reste de la France ?
Vous pouvez me faire part de vos recommandations en commentaire ci-dessous 👇🏻, sur Instagram ou sur Facebook ! 😊 (ou les trois si vous êtes vraiment motivés 😜)

Gourmandement vôtre,

Valentine Vadrouille 😘

Milano Torino MiTo

8 place d’Austerlitz 67000 Strasbourg
03 88 23 85 32
HorairesLundi-Mercredi 11h30-14h30 & 18h00-22h30 ; Jeudi-Vendredi 11h30-14h30 & 18h00-23h30 ; Samedi-Dimanche 11h30-00h00

Site internet : milanotorino.eu
Facebook : Milano Torino Mito
Instagram : @mito_strasbourg

[RESTAURANT] Tzatzi (Strasbourg)

Tzatzi ? C’est LE gros spot strasbourgeois de cet été.

Alors oui, vous en avez quasiment tous entendu parler. Oui, je vais parler de Tzatzi aussi (heh, ça rime. Pardon). Et oui, moi aussi j’ai aimé, même si ça n’était pas non plus parfait.

Tzatzi a ouvert au début de l’été à la place d’un restaurant à sushis, à l’angle de la rue de la Demi-lune et de la rue Sainte-Barbe (d’ailleurs, point culture : Charles Hahn, qui fut le pionnier du cinéma à Strasbourg, organisa ses premières séances dans le café qu’il avait installé ici ! On peut même encore y lire ses initiales et l’année de construction (1904) au-dessus de la porte d’entrée résidentielle 😉).

Sa carte aux accents méditerranéens propose une foultitude de mezzes. Grèce, Liban, Turquie ont inspiré une grande partie des mets servis dans ce restaurant ensoleillé ! On y retrouve donc de l’houmous, des salades, des falafels, des pides, des légumes rôtis, des spécialités comme la moussaka, et j’en passe… Et à la question que vous vous posez tous, je dis OUI : ils ont aussi du tzatziki 😏

Ce restaurant avait aussi fait parler de lui grâce à sa carte à 80% végétarienne. En effet, c’est rare de voir la majorité de la carte d’un restaurant sans viande ni poisson, et ça mérite d’être salué ! De plus, le soir où j’ai testé, je devais suivre un régime sans produits laitiers ni miel (bref, quasi-vegan) et je n’ai eu aucun mal à trouver des plats adaptés.

Bref, passons au test !
Nous étions trois et avons commandé deux verres de vin rouge « cuvée Tzatzi » et un thé glacé. Le vin n’était vraiment pas ouf, même si j’ai déjà goûté pire. Bon, c’était aussi le moins cher de la carte hein 😂

En mezzes, nous avons pris un houmous, des falafels, un chou-fleur rôti, une patate douce rôtie, et chacune des pides (sortes de pizzas turques) : aux aubergines pour moi, au poulet et aux épinards pour mes deux acolytes. Et le tout servi avec du pain pita à volonté, oh mon Dieu 😱

Le service, quant à lui, est assez inégal : alors que le serveur qui avait pris notre commande était aux petits soins, une autre serveuse nous jetait quasiment les plats sur la table sans même nous regarder, et nous a ramené l’eau que nous avions demandé en début de repas… à la fin du repas. On n’a pas trop compris. Elle était sûrement un peu dans le rush, m’enfin, c’est pas une raison de nous servir comme ça… gentille à part ça, mais bref.

Autre point à énoncer, nous nous attendions à avoir tous nos mezzes en même temps, sauf que l’houmous et les falafels sont arrivés et les pides ont pris quand même beaucoup plus de temps. Et avant cela, nous avions déjà attendu au moins une heure depuis notre entrée dans le restaurant.
Heureusement, un serveur qui avait l’air de gérer un peu le tout (je ne sais pas du tout si c’était le patron ou pas) est venu s’excuser pendant et également à la fin du repas, et nous a offert du thé à la menthe pour la peine. Et je parle pas du thé à la menthe que tu te fais chez toi, qui te rappelle vaguement le goût de la menthe, c’était avec des vraies feuilles de menthe, des pignons de pin, légèrement sucré et tout !
Du coup, forcément, on était plutôt contentes 😁

Je peux comprendre qu’il y ait de l’attente dans un restaurant, surtout en plein été (même si nous étions en semaine) et que le restaurant est couru. Mais le minimum c’est de s’excuser ou d’expliquer qu’il y a tel truc qui a posé souci en cuisine. Et là, non seulement ils l’ont fait, mais en plus on a eu du thé gratuit, j’en étais presque gênée 😅 (j’ai bien dit presque 😂)
Donc comme quoi, le service ça fait presque tout 😉

Ainsi s’est terminé notre repas à Tzatzi. On a mouru du ventre et on était satisfaites !

J’ai failli oublier : la décoration, dans des teintes blanches, bleues, jaunes, collent parfaitement avec l’esprit du lieu. Le bois, la verdure, les luminaires, jusqu’aux bols, Pascal Claude Drach, le créateur de ce lieu ainsi que de la Corde à linge, de la Hache, de Square, de East Canteen, de Jeannette, du Saint-Sepulcre (rien que ça) a pensé à tout. C’est soigné, c’est frais, et ça se voit !

Et vous alors, vous avez testé cette fameuse adresse ? Qu’en avez-vous pensé ? 😊 On peut en discuter ici, sur Instagram ou sur Facebook !

Gourmandement vôtre,

Valentine Vadrouille 😘

Tzatzi

1 rue Sainte-Barbe 67000 Strasbourg
03 88 14 08 08
Horaires : 7j/7 12h-23h

Site internet : www.tzatzi.fr
Facebook : Tzatzi
Instagram : @tzatzistrasbourg

🏠 [RESTAURANT] L’Auberge du Moenkalb (Alsace)

Le week-end, une bonne partie d’entre nous aimons fuir les villes et le quotidien pour profiter d’un petit coin de verdure, à l’occasion de balades en famille en pleine nature par exemple. L’Alsace a conservé tellement de ruines de châteaux forts que vous avez l’embarras du choix niveau balades.
Et puis se pose toujours la question fatidique : on emporte quoi pour le pique-nique ? Pas de panique, ne vous embêtez plus : l’Auberge du Moenkalb est là !

L’Auberge du Moenkalb, ancienne maison forestière transformée en restaurant par Laurent Naegelé et Sophie Kirmann, est ouvert les week-ends et jours fériés et se situe tout à proximité du château du Landsberg, entre Barr et Heiligenstein A l’occasion d’une promenade dans le coin, vous pouvez donc vous y arrêter pour déjeuner ou prendre un café.

Outre un accueil très chaleureux, vous mangerez une cuisine de spécialités alsaciennes, avec des produits locaux, simple et délicieuse. Le cadre est aussi très chaleureux et bucolique, tout de bois et composé de portes et objets chinés ou rénovés.

Le jour de la fête des pères, nous avions réservé une table pour toute la famille à la fin de notre balade au château du Landsberg. Sophie Kirmann nous a accueillis avec le sourire et nous a servi un bon petit crémant rafraîchissant pour l’apéritif.
Nous sommes passés à l’intérieur pour le reste du repas.

Nous avons commencé par une tartine avec tomate, fromage et jambon en entrée, accompagnée de salade verte. Un plat harmonieux et frais, avec juste la bonne quantité pour nous donner envie de continuer 😉

En plat, nous avions des spaetzles (vous savez, ces petites pâtes alsaciennes qui ne ressemblent pas à grand chose mais qui sont ultra bonnes) avec du bœuf et de la ratatouille : bien que je ne sois pas amatrice de viande, j’ai beaucoup aimé la simplicité et la fraîcheur des produits qui composaient le plat. On s’est tous resservis plusieurs fois et on a fini les plats, je crois que ça veut tout dire 😄

Enfin, en dessert, je n’ai pas su résister au Käskueche (ou tarte au fromage blanc) aux myrtilles et groseilles, et grand bien m’en a pris, puisqu’il était exactement comme j’aime : frais, moelleux, avec un appareil d’une belle épaisseur… 🤤 bref, un délice.

J’étais déjà allée plusieurs fois là-bas, je connaissais donc un peu le lieu, mais j’ai encore une fois été épatée de la gentillesse de l’accueil, qui donne envie de revenir (bien que la cuisine joue un grand rôle aussi ^^).

Enfin bref, cette petite perle en plein milieu de la forêt donnerait presque envie de se promener plus souvent 😄
Vous connaissez d’autres endroits de ce genre ? Parlez-m’en sur Facebook ou Instagram 😊

Gourmandement vôtre,

Valentine Vadrouille 😘

L’Auberge du Moenkalb

Maison forestière du Moenkalb, 67140 Barr
03 88 08 75 43 / Port.: 06 11 37 62 46 / auberge@moenkalb.fr
Horaires
: ouvert le samedi, le dimanche et les jours fériés, de 11h à 19h.
Pour les groupes : en soirée, en semaine, sur réservation.

Site internet : www.moenkalb.fr
Facebook : Auberge du Moenkalb

❤ [RESTAURANT/CAFÉ] SurTout (Strasbourg)

Dès l’énoncé du concept, Surtout avait tout pour me plaire : un snack-restaurant zéro déchet cuisinant des produits frais, bios et locaux.

J’en avais un peu entendu parler, c’est lorsque @juliettescg m’a proposée d’y faire un tour que j’ai pour la première fois eu l’occasion d’y manger. Et depuis ce jour-là, Surtout a enregistré un sans faute.

Mais d’abord, pourquoi Surtout ?
Ce nom vient de « Surtout de table », c’est-à-dire une pièce qui servait à mettre en valeur de bons produits à l’époque de Louis XV.

Ici, tout est fait maison et de saison (logique).
Vous pouvez aussi acheter des ustensiles de cuisine exposés dans le restaurant.
C’est vert, c’est simple, ça respire la modernité et la simplicité, la nature en plein cœur de ville (c’est juste à côté de la Krutenau, the place to be quoi !). Surtout a même reçu un prix lors des trophées du Commerce Design pour sa déco, réalisée par la Galerie Fou du Roi !

Le plat du jour (aussi appelé « plateau Surtout ») est à 11,50€ ; vous avez d’autres plats du moment qui sont un peu plus chers, et des salades (qui changent aussi régulièrement) à 8,50€, et qui sont aussi proposées à emporter !

Du plateau de crudités avec des gougères au curry de gambas et riz basmati, du rösti au saumon fumé à la salade de pâtes, petits légumes, fêta et grenade, tout est bon, tout est frais, tout donne envie de lécher son assiette jusqu’à la dernière miette. 😍 Ne manquez pas non plus l’eau aromatisée avec des agrumes pour accompagner votre repas ! 😉

Je suis seulement surprise de ne pas y trouver de plats végétariens (même les gougères contenaient des lardons, je ne m’y attendais pas, il y en avait peu mais c’est à savoir), seules les salades sont végétariennes. Dommage, mais j’y trouve toujours mon compte dans tous les cas, puisque les salades sont juste EXCELLENTES.

Je n’ai pas parlé des desserts ?! Non, pas possible !
La tarte aux fraises et sa base frangipane, avec une légère couche de crème : un délice.
La compotée fraises-rhubarbe : un régal.
La tarte abricot-thym : une tuerie.

Jamais trop ou pas assez sucré, des saveurs bien présentes, une impression de se faire du bien tout en mangeant bien : bim bam boum, mais c’est trop boooon ! Comme quoi, une cuisine avec des produits de saison et juste cultivés normalement, c’est si simple et pourtant si bon (sans compter la cuisine pleine de savoir-faire bien sûr 😉) !

Alors, que dire de plus ? J’adore aller manger chez Surtout, mes parents sont devenus adeptes à force de leur en parler, et puis leurs plats rendent super bien en photo héhéhé 😏 Sans compter le service, toujours détendu et aux petits soins.
En résumé, Surtout est un nouveau coup de cœur

Même les toilettes sont stylées, S’IL VOUS PLAÎT quoi

Découvrez mes autres photos sur Instagram ! Sinon, ça se passe sur Facebook pour suivre les sorties de mes articles ☺ Je vous attends !

Gourmandement vôtre,

Valentine Vadrouille 😘

SurTout (de Table)

11 rue de la Brigade Alsace-Lorraine 67000 Strasbourg
03 88 35 11 81
Horaires : Lundi-Vendredi 11h-18h

Site internet : surtout.cafe
Instagram : @sur___tout

[RESTAURANT/CAFÉ/BAR] Bloom (Strasbourg)

Bloom, ça sonne doux, ça sonne frais, bref, Bloom porte bien son nom. Situé place des Meuniers, entre la Grand Rue et la Petite France, depuis bientôt 1 an, Bloom a su séduire une clientèle toujours plus nombreuse avec sa déco soignée dans les tons pastels, un peu bobo branché étouétou et surtout, ses boissons et plats.

Bloom, c’est un peu tout à la fois : un café toute la journée, un restaurant le midi/soir, un bar à cocktails le soir… avec des brunches tous les derniers dimanches du mois. J’en avais vaguement entendu parler et je me l’étais noté pour ne pas manquer de l’essayer en revenant à Strasbourg : quelle belle surprise quand j’ai enfin pu déjeuner là-bas pour la première fois !

Le coup de cœur a été instantané : la carte qui propose des plats omnivores comme végétariens, les boissons originales (coucou le thé glacé rose-lavande ou hibiscus-fruits rouges), la déco, l’ambiance posée, les serveuses (toutes très jolies 😏 j’suis jalouse) qui sont super sympa… mais passons aux tests en eux-mêmes, le plus important !

La première fois, j’ai opté pour le « rendez-vous méditerranéen » : boulghour, falafels maison, houmous de patates douces, poivrons rôtis grillés, câpres et citron confit, fêta aux herbes de Provence. 😍


Sur le papier, c’était parfait. Dans les faits, je trouvais que le boulghour manquait un peu de goût car il n’était pas du tout assaisonné. Heureusement, il se mariait bien avec le houmous et calmait l’acidité de la fêta et des câpres. L’ensemble était donc harmonieux, chaque met ayant assez de latitude pour s’exprimer dans cette composition originale. 😋

L’assiette coûtait 14€, je trouve ça tout de même légèrement cher pour une assiette de cette taille mais j’ai vu pire rapport qualité/prix ou quantité/prix ^^

Je n’ai pas accroché au thé glacé par contre (peut-être aussi parce que je n’aime pas trop la rose haha), mais j’ai juste ADORÉ leur démarche écolo d’utiliser des pailles en bambou plutôt qu’en plastique, même si c’était quand même vraiment galère de boire avec 😂


Bref, ce premier test ne me donnait qu’une envie : y retourner le plus vite possible, notamment pour goûter leurs pâtisseries hautement Instagrammables (= qui ont l’air trop bonnes) 😍

Deuxième passage, en fin de matinée un samedi, je prends un moccaccino et @juliettescg et moi partageons une brioche perdue avec sauce chocolat maison, fruits frais et noisettes. Les autres plats sur la carte étaient un peu trop chers selon nous, la brioche perdue était donc une bonne alternative entre notre faim, notre envie et notre budget – elle coûtait 6,50€.

Aucun souci pour le moccaccino, qui m’a beaucoup plu ; d’ailleurs, Bloom a choisi de travailler avec un autre café que les cafés Mokxa, ce qui change de la plupart des cafés strasbourgeois. Le choix est justifié et assumé : si tous les coffee shops de Strasbourg proposent le même café, aussi bon soit-il, comment se différencier des autres ?
La part de brioche perdue, quant à elle, avait une sacrée épaisseur. On s’est régalées jusqu’à la dernière miette ! La sauce chocolat maison était également excellente, très loin de ce côté écœurant que peuvent avoir les sauces chocolat industrielles. 😁

Enfin, j’en viens à mon troisième et dernier test en date, qui me rend plus critique vis-à-vis de Bloom : à l’occasion de la Fête de la musique, Bloom avait mis un paquet sur la com pour nous inciter à venir, notamment avec leur sangria pastèque-menthe. Et comme vous pouvez vous en douter, baaah, j’y suis allée 😇

Je suis arrivée assez tôt et mon amie et moi avons toutes les deux choisi la même chose (bonjour l’originalité héhé) : la sangria pastèque-menthe et l’assiette salt bae, composée de falafels maison, houmous de betteraves et houmous de patates douces, pain pita grillé, sel de mer fumé. On en arrive aux faits, la tension est à son comble, attention, essuyez cette goutte sur votre tempe que je ne saurais voir ! 🙈

Bon bon, par où commencer… on nous amène le plateau, la serveuse nous prévient que comme nous avions commandé la même chose, ils ont rassemblé les deux assiettes en une à se partager.


Mis à part le fait que j’aurais aimé qu’on nous demande avant (puisque j’avais pris cette assiette justement pour ne pas prendre de planche), c’est surtout la quantité qui m’a tout de suite frappée : j’avais plus l’impression qu’on nous avait servi une part pour deux plutôt que deux assiettes en une. Mon amie a aussi tiqué, nous nous sommes regardées un peu embêtées… bon, bah maintenant que c’est commandé, allons-y !

Les houmous étaient bons, pas extraordinaires mais j’ai aimé la texture et l’on sentait bien les saveurs de la betterave et de la patate douce, sans qu’il soit trop fort (et donc trop sucré) pour ce dernier. Le pain pita était un peu simple, mais bon aussi ; par contre, j’ai été assez surprise par les falafels, qui ne m’avaient pas frappés la première fois. Ils étaient petits, assez gras et j’aurais aimé un cœur plus dense et compact.


Bref, en tout cas, comme nous nous y attendions, les petits bols de houmous, les 6 falafels (en tout et pour tout, donc 3 chacune) et les 10 petites tranches de pain pita ne nous ont vraiment pas calés. Comme il nous restait du houmous à la fin, je demande s’il est possible de nous rajouter du pain pita ou au moins un peu de pain : j’ai vu à la mine embêtée de la serveuse que le pain pita, c’était impossible, ce qu’elle m’a confirmé. Du coup, on a attendu le pain, mais là encore, on a seulement eu 3 petits bouts (pour deux…).


Nous en avions donc pour 24€… en ayant encore faim.
Quant au cocktail, il était bien, mais pas hors du commun non plus, et le verre était très petit – d’où son petit prix, 5€ le verre, alors que les autres cocktails atteignaient les 9€ 🙁

Je suis donc repartie un peu amère de chez Bloom, puisque j’avais adoré mes deux premiers passages, je pensais même en faire mon nouveau QG, et le troisième m’a carrément refroidie
Si vous avez vu ma story Instagram, vous avez peut-être aussi vu ma remarque sur ce plateau bien maigre à 24€. Bloom a réagi, et je sais bien que la critique est difficile à entendre. C’est pour ça que je reprécise bien aussi, comme je l’avais fait en story, que tout n’est pas à jeter chez Bloom, hein, je n’oublie pas que j’ai aussi aimé mes premiers passages.

Bref, je serai donc transparente sur nos échanges : ils m’ont informée que le soir, c’était plus en mode cocktails/grignotages que restaurant, ce que je veux bien entendre ; sauf que ce n’est précisé nulle part et qu’à 12€ l’assiette, je pense que je suis en droit d’attendre un plat qui cale et non pas un apéro / grignotage (n’oublions pas que c’est bien plus cher qu’un ticket restaurant !). Donc oui, j’ai trouvé le prix vraiment excessif. 😕

Bon, je ne vais pas épiloguer plus longtemps, voici un petit résumé pour ceux qui ont eu la flemme de tout lire (je vous vois 😏) :

  • 1er test : j’ai adoré
  • 2e test : également
  • 3e test : beaucoup moins
  • Tous les régimes alimentaires sont les bienvenus
  • L’ambiance est posée
  • La déco sympa
  • Les prix sont un peu excessifs selon moi

Mais voilà, je ne compte pas rester sur cette déception, et un nouveau passage s’impose pour infirmer (je l’espère) ou confirmer cette dernière impression. 😉

Et maintenant, c’est à vous ! Dites-moi ce que vous en avez pensé, Instagram et Facebook sont nos amis 🤗

Gourmandement vôtre,

Valentine Vadrouille 😘

Bloom

2, place des Meuniers 67000 Strasbourg
03 67 97 25 48 (pas de réservation possible, sauf pour les brunches, les derniers dimanches du mois)
Horaires : mardi-dimanche 9h30-00h30
Facebook : BLOOM
Instagram : @bloomstrasbourg

Attention : tickets restaurant nonacceptés !

[RESTAURANT] La Cantine (Rouen)

La Cantine est une adresse qu’on ne présente plus à Rouen. Ce restaurant associatif situé dans la fameuse rue Eau de Robec n’est pas comme les autres : on vous accueille sur des tables et bancs de pique-nique, ça parle et ça rigole avec tout le monde, la cuisine ouverte laisse échapper les odeurs délicieuses des plats du jour.

La Cantine a de quoi réconcilier avec l’image qu’on se fait d’une cantine en général : les plats sont faits maison, par des bénévoles, et on est vraiment dans une cuisine à la bonne franquette, comme à la maison. Cela ne signifie pas pour autant qu’on y mange des choses banales : le curry de légumes qu’on m’a servi ou les autres plats que j’ai pu goûter avaient tous un twist d’originalité qui ne font pas regretter d’être passé.

Un curry de légumes à se damner 😍

La gérante, Marie, est une personne à la générosité extrême, tout comme ses bénévoles : ils font passer les gens peu aisés avant leurs intérêts, et c’est beau à voir, ça me fait même une petite émotion rien que d’y penser. :’)
Je m’explique : par exemple, les bénéficiaires du RSA et les étudiants ont des tarifs préférentiels (sachant que les plats sont déjà ridiculement peu chers de base), de l’ordre de 5€ le plat principal, et les bénévoles d’un soir ont droit à leur ration gratuite (n’hésitez d’ailleurs pas à venir les aider si l’envie vous prend une fois, votre aide sera toujours la bienvenue). Marie vous le dira d’ailleurs franchement : le concept de La Cantine, c’est de vous faire bien manger pour pas cher !

Je préfère tout de même vous prévenir, La Cantine n’est pas vraiment l’endroit idéal pour une soirée romantique en tête à tête comme dans un restaurant classique. Ici, on est dans une ambiance amicale et bon enfant et on débarrasse sa table à la fin du repas !

Petit détail qui mérite également de ne pas passer inaperçu : les végétariens et vegans sont plus que bienvenus, puisqu’il existe toujours au moins un des plats sur les trois qui sont adaptés à leur régime alimentaire !

Ce genre d’initiatives mérite d’être plus connu et d’être plus répandu, alors merci à La Cantine d’exister et longue vie à ce restaurant emblématique de Rouen ! 🙏🏻😍

Vous avez déjà pu tester La Cantine ? Vous en avez pensé quoi ? Et sinon, est-ce que vous seriez tenté.e maintenant ? 😊

Dites-moi tout sur ma page Facebook ou mon compte Instagram 😁

Gourmandement vôtre,

Valentine Vadrouille 😘

La Cantine

192 Rue Eau de Robec 76000 Rouen
06 62 81 56 74
Horaires : lundi-vendredi 11h30-16h ; certains soirs uniquement sur réservation
contact@lacantinerouen.fr

Site internet : lacantinerouen.wixsite.com
Facebook : La Cantine

[CAFE / RESTAURANT] Citizen Coffee (Rouen)

Oyez oyez, citoyens ! (le jeu de mots était facile, je sais).
Voici Citizen Coffee, un des (trop) rares coffee shops de Rouen 😉

Déjà testé à l’occasion d’un déjeuner en solitaire (oui, ça m’arrive) et de pauses cafés, je suis retournée à Citizen Coffee avec mes parents juste avant mon déménagement, pour y prendre le petit-déjeuner.

[ATTENTION : j’y étais avant leur changement de carte, mais la nouvelle a l’air tout aussi canon ❤]
Le gros plus de Citizen Coffee, pour commencer, c’est que c’est l’une des rares adresses (voire la seule) où l’on peut bruncher en semaine. La carte s’y prête tout à fait : avocado toast, açai bowl, carrot cake, on a là une carte d’un coffee shop digne de ce nom.

Lors de mes premiers passages, j’avais testé le chai tea latte (un délice 😵) une fois, et un bun à l’avocat et au parmesan une autre fois et qui, pour le coup, m’avait paru très fade et pauvre en parmesan (l’avocat seul, ça n’a pas beaucoup de goût), ainsi qu’en vinaigrette sur la salade. Je ne savais donc pas trop quoi penser de ce coffee shop rouennais.

Lors de notre petit-déjeuner / brunch, mes parents ont opté pour l’avocado toast tous les deux ; contrairement aux avocado toasts classiques surmontés d’un œuf poché et coulant, on avait disposé sur celui-ci des œufs brouillés. Pourquoi pas, après tout ! Même si la nouvelle carte promet un œuf poché, également accompagné d’asperges vertes et de pois chiches rôtis 🤤 (vous pouvez retrouver leur nouvelle carte ici pour baver un bon coup, allez zoubi, ne me remerciez pas 😘). La tartine était assez conséquente.

J’ai pour ma part penché pour l’açai bowl, parce que j’en entendais parler partout et que visuellement c’est toujours super joli. Malgré le retard de leur fournisseur, qui avait une panne sur la route, on a tout de même réussi à me servir un joli bol sans que j’aie à attendre beaucoup plus longtemps que mes parents.


Bon, niveau goût, j’étais un peu étonnée, c’était plutôt amer. Je pense que c’est surtout lié à la banane, mais je ne m’y attendais pas. C’était tout de même bon et très doux en bouche ; des graines de chia et de la noix de coco saupoudrées par-dessus venaient apporter un peu de croquant, accompagnées par des lamelles de kiwi et de fraises délicatement disposées.

Nous avons aussi chacun pris des boissons maison, mixées sur place. Elles étaient fraîches et originales (céleri pomme kiwi et autres compositions sorties de leur imagination, ça promet, non ?).

Pour finir le repas, je n’ai pas résisté à l’appel du banana bread. Si vous suivez mes stories Instagram, vous avez peut-être vu que j’en cuisine de temps en temps. Celui-ci était beaucoup plus aéré que le mien ; j’ai bien aimé cette proposition mais je le préfère tout de même un peu plus dense. Mais un point pour Gryffondor avoir eu la bonne idée de le servir chaud avec une lichette de crème fouettée à côté ! (On est en Normandie avant tout, gâteau américain ou non 😏)

Point de vue service, je l’ai trouvé tout de même assez long, même s’il était vraiment cool.

Bref, Citizen, c’est le genre d’adresses qu’on aime bien, comme un vieux pote qu’on prend plaisir à revoir, et mérite sa place dans le paysage rouennais ! 😊

Et vous, des avis ?
Vous pouvez me retrouver sur mon compte Instagram pour toujours plus de photos, et sur ma page Facebook pour rester informé de mes articles 😉

Gourmandement vôtre,

Valentine Vadrouille 😘

Citizen Coffee

4 rue de l’écureuil 76000 Rouen
02 35 71 49 42
Horaires : lundi-samedi 9h-19h

Facebook : Citizen
Instagram : @citizencoffee
Et ils sont même sur lefooding.com, eh yeeeaaah !

[CAFÉ/RESTAURANT] In Situ (Rouen)

Bien décidée à tester un maximum d’adresses que je m’étais noté avant mon déménagement de Rouen, c’est sûre de moi que j’ai réservé au restaurant In Situ la veille de mon départ, pour un dîner avec mes parents.

 

Le restaurant fait le coin entre l’esplanade Eugène Delacroix et la rue Jean Lecanuet, face au Square Verdrel et au Musée des Beaux-Arts de Rouen – ça tombe bien, puisque l’expression « in situ » est connoté artistiquement, si si j’vous jure, c’est Wikipédia qui le dit : « La conservation in situ désigne une pratique de conservation du patrimoine (peintures, sculptures…). » Bref, l’emplacement et la vue par les baies vitrées sont donc plutôt cool.

A l’intérieur, une déco moderne et plutôt jolie, mais pas forcément chaleureuse. Les tables et banquettes ont elles l’air assez fragiles, rien qu’à tout sentir vibrer quand quelqu’un s’assied sur la banquette derrière vous.

Différentes formules vous sont proposées, et oh joie ! In Situ est l’un des rares restaurants à proposer ses formules du midi le soir également. Nous avions faim, nous n’avons donc pas hésité à choisir les formules entrée-plat, avec option sur le dessert.
J’opte pour les asperges blanches au parmesan et pomelos avec sauce tartare en entrée.

Après un « kir normand » servi avec des chips de pomme de terre et de vitelottes en apéritif, on me sert, après un certain temps je l’avoue, ma fameuse entrée. Je suis d’abord frappée par la quantité : eh ben, heureusement que c’est l’entrée, me dis-je d’abord : l’assiette est vraiment minuscule, la présentation, qui se veut moderne, est pour moi assez approximative (façon art contemporain si vous voyez à peu près 😂).
Mes parents, qui ont choisi d’autres entrées, se retrouvent avec des portions tout aussi petites.

Pas grave, le plus consistant est censé être le plat principal après tout !
Après une attente encore bien longue, voici nos plats qui nous tendent les bras.


Parmentier de canard et patate douce pour mon père, poisson du jour, risotto aux légumes, jus infusé à la citronnelle pour ma mère. Quant à moi, comme il est précisé qu’on peut adapter certains plats pour les végétariens, je demande si cela est possible pour un plat. Bon, en fait non, donc ce sera l’assiette végétarienne, je n’ai finalement pas compris si on avait le droit d’adapter les autres plats…

Malheureusement, cette assiette végétarienne ne comprend aucune protéine, aussi bons soient les aliments qui la composent. Je trouve dommage de devoir seulement manger des glucides et des légumes dans une assiette végétarienne au restaurant ☹️
J’ai donc eu droit à un risotto aux petits légumes et des légumes de saison vapeur par-dessus. Je trouve ça un peu simple en soi, mais surtout, là encore, nos quantités étaient vraiment petites. Pourtant, les assiettes sont alléchantes à première vue et font très « restaurant gastronomique », alors on a un peu de mal à comprendre ! C’est bon mais sans plus, et les légumes vapeur font très « je suis au régime », une notion souvent similaire au végétarisme pour les gens en général, c’est bien dommage. Après, aucun plat de In Situ ne m’a paru vraiment lourd, du coup je veux bien leur pardonner de respecter ma santé haha 😅

N’ayant pas beaucoup mangé, nous prenons donc des desserts (en même temps, j’en aurais pris même en mangeant un peu plus héhé 😇).
Ce sera tarte au chocolat au lait Valrhona et croquant pralin pour moi !

On a là une quantité plutôt normale pour finir un repas, du moins c’est déjà mieux que pour le reste.
Je trouvais que le croquant pralin était plus croquant que pralin, dans le sens où la base était plus dure que ce à quoi je m’attendais en lisant « pralin » – vous voyez ce que je veux dire ? 😅
Les touches de chocolat plus crémeux sur le dessus n’apportaient pas grand chose selon moi, tandis que le cacao manquait de force dans l’ensemble du dessert. Mais bon, je vais arrêter de me plaindre, le dessert était tout de même bon et très joliment présenté pour le coup 😍

Dernier point pour rattraper la note : In Situ s’approvisionne chez des producteurs locaux, si possible bio. C’est déjà pas mal, on n’en attendait pas moins ! 😉

Au final, je trouve ça vraiment dommage qu’à de tels tarifs, on mise uniquement sur la présentation alors que la qualité pèche un peu et la quantité carrément. Le service était très sympathique mais aussi très long

Allez, j’y crois, In Situ a trop de potentiel pour en rester là ! Je leur souhaite d’évoluer, il y a déjà de très bonnes bases sur lesquelles s’appuyer 😊

Mais tout ceci n’est bien sûr que mon avis personnel. Qui d’autre est déjà allé là-bas ? Vous en avez pensé quoi ? 🙂

J’attends vos retours en commentaire ci-dessous, sur la page Facebook ou sur mon compte Instagram (que j’aime d’amour) ! 😍

Gourmandement vôtre,

Valentine Vadrouille 😘

In Situ

35 rue Lecanuet 76000 Rouen
02 35 88 93 48
Horaires : lundi-samedi 12h-23h

Site internet : www.insitu-restaurant.fr
Facebook : Café Restaurant In Situ
Instagram : @restaurantinsitu

[BAR / RESTAURANT] Square Delicatessen (Strasbourg)

J’étais à peine partie de Strasbourg pour mes études que bim bam boum, plein d’adresses un peu bobo branchées qui avaient l’air trop cool se sont mises à ouvrir.
Square Delicatessen en faisait bien entendu partie, avec ses mets italiens alléchants et sa localisation idéale (en plein centre de Stasbourg, ndV – note de Valentine).
Il me tardait donc d’aller le tester. Près de 3 ans et demi après son ouverture, l’occasion s’est présentée, et je n’ai pas su dire non. 🙈

En soirée, les gens viennent pour la plupart au Square Delicatessen pour y prendre un apéro ou manger : entre les cocktails, vins et softs, les planches à se partager et les parts de pizza, on y est plus qu’invité.

Je choisis donc un verre de vin rouge avec une part de pizza « Zucchini e funghi » (comprenez : sauce tomate, courgettes, champignons de Paris, tomates cerise, roquette et pesto amande-roquette) et une salade « Parmegiano » (salade, copeaux de parmesan, tomates cerise). Sur le papier, ça a l’air d’envoyer du lourd.
La commande fut un peu compliquée à passer puisque nous ne comprenions pas le serveur et lui ne nous comprenait pas non plus, mais on a quand même fini par avoir ce que l’on voulait. Ou ce qu’on croyait vouloir !

Du côté du vin, rien à redire, c’était ce que j’attendais : un vin italien légèrement tannique, assez comme j’aime, bref c’était bon. 👌🏻 Par contre, c’est au niveau des plats que j’ai été frustrée.

La part de pizza, à 3,90€, était minuscule et manquait de consistance. L’abondance de roquette n’a pas su dissimuler le manque de garniture en-dessous, ni donc cette taille plutôt ridicule (n’oublions pas que 3,90€, c’est le tiers du prix d’une pizza aujourd’hui, et que j’étais très loin d’avoir même le 6e d’une pizza dans mon assiette…). Rien de vraiment ouf au niveau du goût, le pesto amande-roquette qui me faisait tant rêver n’était qu’une petite décoration qu’il fallait bien chercher.


La salade m’a également déçue : à 3,90€ aussi, on serait en droit d’attendre une belle salade avec les ingrédients indiqués. J’ai pourtant seulement eu un petit bol rempli de feuilles de salade, 3 petits copeaux de parmesan et 2 tomates cerise posés dessus, le tout à peine assaisonné (si on joue même le rabais sur la vinaigrette…). 😒
J’en étais donc déjà à 7,80€ de nourriture en ayant eu l’impression de grignoter un petit en-cas.

Pour ne pas rentrer chez moi le ventre vide (il faisait faim, quand même !), j’ai pris le twix / shortbread millionnaire en dessert. On avait là une belle couche de caramel et un chocolat plutôt fondant sur une base sablée un peu plus insipide. C’était pas mal dans l’ensemble, mais j’ai bien peur qu’il n’ait pas été fait maison, rien qu’à voir la couche très lisse du chocolat. La taille, elle, aurait pu être largement suffisante si mes plats précédents n’étaient pas si maigres.

Bref, au moment de payer l’addition, je découvre que j’en avais pour 16€ en ayant encore faim. Quand vous êtes étudiant.e, ça fait mal. Et pour la première fois de ma vie, j’ai encore un peu mangé en rentrant chez moi.

Quant au cadre du Square Delicatessen, il est bien sympa (j’étais en terrasse seulement), d’ailleurs l’ambiance est très cool aussi, on se sent vraiment à l’aise. Mais si seulement nos tables étaient moins collées à celles des voisins, ça éviterait d’avoir l’impression de raconter ses histoires à des inconnus. On a même du mal à s’asseoir sur une chaise tellement on est serrés !

Conclusion, j’ai vraiment le sentiment que le Square Delicatessen est une pompe à fric qui ne cherche même pas à contenter ses clients. Il y aurait pourtant le potentiel, mais les économies ont l’air d’avoir ébloui l’esprit du lieu. Dommage ! 😕

J’ai vu beaucoup d’avis positifs sur le Square Delicatessen, vous avez eu une meilleure expérience que la mienne ?
J’attends vos retours soit en commentaire ici, soit sur Facebook, ou encore sur Instagram 😉

Gourmandement vôtre,

Valentine Vadrouille 😘

Square Delicatessen

12 rue du Vieux marché aux grains 67000 Strasbourg
03 88 32 11 05
Horaires : dimanche-mercredi 9h-23h30 ; jeudi-samedi 9h-00h30

Site internet : www.square-deli.com
Facebook : Square Delicatessen
Instagram : @squaredelicatessen

[RESTAURANT] Lucullus (Strasbourg)

Non, dans cet article, je ne vous parlerai ni de la lucullus de Valenciennes, spécialité culinaire mélangeant langue de bœuf et foie gras (on aura tout vu dans ce monde), ni de cet homme d’Etat romain qui a vaincu les armées du Pont et d’Arménie lors de la troisième guerre mithridatique (89 à 85 avant JC – je dis ça pour que vous vous couchiez moins bête), même s’il n’est pas étranger à cette appellation.
Lucullus a bien un 3e sens, lié au général romain : réputé pour la richesse de ses repas, il a laissé son nom à l’expression « un repas de Lucullus », qui désigne donc un repas somptueux (et quand on connaît plus un général pour sa table que pour ses exploits militaires, ça en dit long sur le personnage).

BREF, voilà à présent le sujet de l’article : un restaurant qui a adopté cette référence culturelle pour en faire son nom.

Lucullus (le restaurant donc – vous suivez toujours ?), alias Lucullus Tendance Bistrot, est un petit restaurant discret niché entre la place de la Bourse et le quartier de la Krutenau, à Strasbourg. On y déguste une cuisine simple mais travaillée.

Après un premier passage il y a quelques années, je n’avais pas eu l’occasion d’y retourner, jusqu’à il y a peu.

On nous sert d’abord, en amuse-bouche, des toasts avec rillettes de poisson et un petit panettone au chorizo, légèrement tiède, qui se laissait manger tout seul.

J’ai pris en entrée les ravioles de broccio poêlées, tomates bio et romarin. Sans grosse prise de risque, cette entrée remplissait tout à fait son job : les ravioles légèrement grillées baignaient dans le jus des tomates sans être détrempées.


En plat, malgré la similarité avec l’entrée, je n’ai pas résisté à l’appel des cannellonis de jarret de veau à la tomate confite, champignons sauvage et parmesan (quand on me dit parmesan, il devient inutile d’essayer de me raisonner 🙄). J’aurais cependant aimé plus de recherche dans le plat, un peu plus de tomate et parmesan, des pâtes un peu moins sèches. Néanmoins, le plat restait de qualité et l’accueil de la gérante était tellement sympa qu’on aurait tort de s’en plaindre !

Finalement, en dessert, mon cœur palpitait trop à l’écoute des « choux praliné » que là aussi, il aurait été inutile de me raisonner pour que je prenne autre chose.
Les choux étaient au nombre de trois, tout jolis tout mignons, mais je ne les trouvais pas assez garnis et la pâte était un peu trop dure à mon goût. A part cela, le praliné était excellent ! Le dessert n’était pas bien copieux, c’était plutôt une touche sucrée pour bien finir le repas.

Voui, la bougie c’était pour mon anniversaire 🤓

Niveau prix, je trouve le Lucullus légèrement cher : 15€ l’entrée, 23 le plat (pour ce que j’ai pris ce soir là, chaque entrée/plat a son propre prix le soir), bon, on a vu plus bon marché. Ça reste très bon mais c’est vrai que vus les prix, j’aurais tendance à être un peu plus sévère dans mes jugements.
Par contre, rien à redire sur l’accueil qui a été très chaleureux du début à la fin !
Le cadre enfin, moderne avec des couleurs sombres et chaudes, contribue à ce qu’on s’y sente bien.

C’est donc avec le restaurant Lucullus que j’inaugure le retour des avis strasbourgeois ! Vous connaissez l’adresse ? Quelle autre restaurant vous plaît dans le coin ?

Rendez-vous sur mon blog pour découvrir mes autres articles, sur ma page Facebook pour rester connected to me, et sur Instagram pour suivre mes publications compulsives 😁

Gourmandement vôtre,

Valentine Vadrouille 😘

Lucullus Tendance Bistrot

15 Rue Jacques Peirotes 67000 Strasbourg
Horaires : lundi-vendredi 12h-14h, 19h30-22h
Page Facebook : Lucullus Tendance Bistrot